• Accueil
  • >>
  • "RAMA RAMA" : Témoignages d'étudiants en stage : Takurua PARENT
Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

"RAMA RAMA" : Témoignages d'étudiants en stage : Takurua PARENT

Rama Rama

logo_rama_rama_site_web.jpg

Takurua PARENT - stage d'assistante patrimoine et archives

  • Etudiante en L2 LLCER Langues Polynésiennes (2017-2018)
  • Stage obligatoire au Service du Pôle Archives – Direction Générales des Services de la Mairie de Punaauia
  • Du 1er au 28 juin 2019 (4 semaines)
  • Premiers pas à l’UPF/parcours : Licence 1 LLCER Langues Polynésiennes (2016-2017)

 

Interview bilingue français / rapa

takurua_plan_de_travail_1_0.jpgComment as-tu eu l'idée de faire ton stage de licence au sein du Service Archives – Direction Générale des Services de la mairie de Punaauia et comment as-tu procédé pour y arriver ?

Mē nā ‘ea koe i manako ai e kave tā koe tau ’akapa’ari’anga Licence i roto ki te pū putu’anga faufa’a o te ’oire nō Punaauia, ’e mē nā ’ea ’ia e koe ?

Avais-tu déjà une connaissance du milieu culturel avant ce stage ?

Nā mua ake koe a kōmua ai, tē vai ra ānei te tangata ka mātau iā koe i roto te kau’ara o te ta’ere ?

 

Pour terminer notre cursus de 3e année de Licence, nous devions valider une unité d’enseignement portant sur un stage de préprofessionnalisation à effectuer au sein d’un organisme s’inscrivant dans un secteur en rapport avec les cultures, les langues ou les civilisations polynésiennes. 

Nō te ’akaoti roa te toru o te mata’iti, mē tū ia mātou e ’akaineine ti ta’i tau ’aikete’anga takakē, ’akapakari’anga, ’ōia te tomo’anga ïa i roto ki ti ta’i pū ’o’ipa nō te ta’ere, mi te kō’ai ānei, kāre ra mi te nūna’a mā’ohi. 

 

Mon stage devait obligatoirement durer au moins 4 semaines. 

Mē koi’ia iāku ē ’a ’epetoma tō tau ’akaineine’anga ra.

 

La responsable du pôle Archives de la mairie de Punaauia, Rereata Scholermann, est intervenue dans notre classe pour nous présenter son métier et le lien qui pouvait s’établir entre ledit métier et ma filière.

’O Rereata Scholermann, tangata aka’pa’o te pae o te pū o te ta’ere mā’ohi nō te oire nō Punaauia ti pō’o mai i roto ki ta mātou piha nō te ’akaeroero, nō te ’akakitekite mai tāna ’o’ipa. 

 

Elle nous a expliqué qu’elle avait intégré le pôle Archives de la mairie de Punaauia un an seulement auparavant. 

Kā kōmua ōna tō tōro’a nei tōna i Punaauia kōta’i rai ïa mata’iti nā mua ake. 

 

En fait, elle exerçait précédemment au sein du Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel du Territoire (SPAA). 

Kā ’akapāpu tonga mai rā ōna, i kave na ōna nā mua ake ki te pū ’akaputu’anga puta ā te Hau ‘Enua i Tipaerui (SPAA). 

 

L’idée de concilier son précédent métier et l’actuel a donc rapidement émergé. 

Mē nā ria te noāka’anga mai iāna to manako ra e rī tāna ’o’ipa mātāmua ki te nei ra. 

 

Elle n’était plus uniquement chargée d’archiver les documents administratifs de la Mairie mais devait désormais récolter et diffuser des informations sur l’Histoire, les personnalités et les légendes de la commune. 

Kāre tūra ’ōna e ’akapa’o ta’anga te tua’a ’akaputu puke kau’ara nō te ’oire, e kave ’oki rā ’ōna te tua’a ’akaumu’anga ’e te ’akaparare’anga te ’anga kau’ara ta’ito o te ’oire.

 

Par ailleurs, l’année 2018 a été l’année du patrimoine culturel à Punaauia. 

’Aua’a pa’i kā tū tō mata’iti 2018, i mata’iti nō te ta’ere i Punaauia nei. 

 

C’est en ce sens que j’ai pu intégrer la mairie de Punaauia en tant que stagiaire du projet « Patrimoine en partage » qui s’inscrivait dans une démarche de valorisation et de sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel de la ville de Punaauia. 

Mē nā ria oki uou te ō’anga mai ki te ‘oire nō Punaauia i pīahi i roto ki te tua’a pi’i’ia « Patrimoine en partage » i roto ki ti ta’i ’ōpua’anga ’akateniteni ’e te ’akaoraora’anga ki te ’anga ta’ere māteria e ’īmateria nō te ’oire nō Punaauia.

 

Etant originaire des îles, plus précisément de l’île de Rapa, j’ai été bercée depuis toute petite par les légendes de l’île qui m’ont toujours été contées dans ma langue. 

Nō te ’anga motu mai uou, nō te ’enua Rapa mai, ka pakari uou mi tōku kaka’io’anga noti mai te ’akatika’anga ’ia mai te ’anga kau’ara o tōku ’enua nā roto tōku kō’ai. 

 

La Polynésie d’antan c’est pour beaucoup les dieux et guerriers mythiques mais c’est aussi les histoires de « vārua », de « tāura » racontées dans les familles. 

Nō te ngare’anga, te kōmua’anga o Porinetia, e ’anga atua ïa ’e te ’ā’ai o te ‘anga kaito, ’ōia ’oki te kau’ara o te « ’īe » ’e te « taūra » ’akatika’ia e te ’anga fēti’i. 

 

Je me souviens encore des histoires d’esprits protecteurs que me racontaient et me racontent toujours ma maman et ma grand-mère.

’Akamōi’a tūra uou te ’akaeroero o te ’anga tāura pāruru ti ’akatikatika’ia mai na iāku ’e te ’akatū ta’anga tonga ‘ia mai na e tōku māmā e tōku ‘ina’ina.

 

J’ai tout de suite compris que le stage que nous proposait Rereata allait parfaitement me correspondre. 

Nākō ta’anga ake ra uou, e tū na kea tā Rereata e tāku e kimi ta’anga ra. 

 

Mon travail en tant que stagiaire consistait à contacter des personnes remplies de savoirs culturels sur la commune de Punaauia et il s’agissait en général de personnes âgées. 

Terā tūra ïa tāku tāpura ’o’ipa, ’ōia te tāpiri’anga tū ïa ki te ’anga tangata ti kī te kite o te tā’ere nō runga te ’oire nō Punaauia, o rātou ti akaero’ia ē e tangata pakari. 

 

Je devais ensuite collecter les informations qu’elles me transmettaient en faisant des enregistrements vocaux que je transcrivais par la suite pour garder une trace écrite de nos échanges. 

E ko’iko’i mai uou tō ’anga kau’ara e ’akatika’ia mai iāku ra, e ’akaumu, ia oti na’e, e kotikoti tu ai uou ’ia vaivai ta’anga ’eia’a ’ia ngaro.

 

Je m’y prenais de cette façon avec plusieurs doyens de la commune.

Terā tūra ïa tāku ’akana’o’anga tāku ’o’ipa e tō ’anga tangata pakari rā.  

 

Au final, on me rapportait souvent les mêmes histoires que je mettais en fiches et traduisais en français.

Ki te pae ’openga, mē pinepine te ’akatika’ia mai to ’anga mea ta’anga noti o tāku e kotikoti ra, e te ’uri nā roto ki te kō’ai farāni.

 

Dans l’optique de conclure le projet « Patrimoine en partage », une fois finalisées, les fiches étaient mises en ligne sur le site de la mairie.

I roto tō manako ra ē, nō te ’akaoti roa tō ’ōpua’anga ’openga ra « Patrimoine en partage » ’a tuku tu ai i runga ki te ta’ua natirara a te ‘oire.

Que retiendras-tu de ce stage ? Qu'est-ce qui t'a été bénéfique ?

’Ea’a tā koe i tāpe’a mai ?  ’Ea’a te mea maitaki nō koe ?

 

Franchement, que du bon !

Kāre tū ai te maitaki !  

 

Je me réveillais chaque matin persuadée qu’une belle journée s’annonçait encore.

E ara mai uou te ’anga popongi atonga mā te nākō i roto noti iāku, e ma’ana maitaki ’aka’ou ra tō mea e tiaki mai ra.

 

Je garde un très bon souvenir de ce stage, d’abord parce que j’ai travaillé avec des personnes formidables (ma tutrice et mes camarades stagiaires) mais aussi parce que les thématiques abordées m’intéressaient beaucoup.

Tāpe’a mai uou ti ta’i noko’anga maitaki nō tāku tau ’akapakari’anga, no te mea kā ’anga mai uou e tī ta’i ‘anga tangata mānea ra (te tangata ’akapa’o iāku e tōku ’anga tauaro) nō te mea ’oki rā, me au ra nāku te tumu ’o’ipa i ’oka’ia mai.

 

Mis à part toutes les connaissances que j’ai acquises, je me suis rendu compte que toutes les histoires racontées à Rapa méritaient d’être enregistrées et cataloguées de la même manière.

Nā roto ki tō puke’anga ’o’ipa ti noaka iāku te tāpe’a mai, i nākō ai uou ē, e tū maitaki noti ia ’akaumu’ia te ’anga kau’ara, te ’anga kotikoti o te ’enua Rapa ’e ia nā ria tonga’ia.  

 

Mon stage m’a permis de maîtriser, entre autres, la méthodologie de récolte d’informations sur le terrain et cela représente beaucoup pour moi.

Ka riro tō tau ’akapakari’anga nei i ’akapāpu tī ta’i kave’anga takakē, mi te ’akana’o’anga ki te ’akaputu te kau’ara ki te ’anga vā’i ātonga.

Qu'est-ce qui a été le plus difficile ?

’Ea’a te fifi i tutaki’ia ?

 

Le plus difficile pour moi a été de m’adapter au rythme de travail du professionnel.

Te mea fifi nōku i roto tō ’o’ipa nei, te ’akamātau’anga ïa ki te koikoi o te ’o’ipa ’e tī ta’i tangata terā ra tōna tōro’a.

 

En fait, on ne se rend pas assez compte je pense, mais les études universitaires, c’est beaucoup de temps libre.

’Ia noko maitaki’ia rā, kāre ta’anga mātou i manako pae, mē ngare ra kea tō mātou taime vata.

 

Du coup, le décalage se fait vite ressentir lorsqu’on découvre la vie professionnelle.

’Ia pō’o roa rā ki te taime e kave ’o’ipa koe e kite ai koe te teima’a.

Un souvenir particulier et précis qui te restera de cette expérience professionnelle ?

E manako takake, pāpū ānei tā koe i tāpe’a mai i roto tō tau ’akapakari’anga nei ?

 

La rencontre avec un papy de la commune qui nous a confié sa détresse face au désintérêt de ses enfants et petits-enfants pour les légendes qu’il raconte qui représentent pour lui un pan fondamental de l’histoire de sa famille et des familles polynésiennes en général.

Mē nā roto ki te tutaki’anga kōta’i ina’ina nō te ’oire, tī ’akatika mai tōna autā i mua ki te tau’a kore o te tamariki e te mokopuna ki te ’anga mea tonga tāna e ’akatikatika rā, ti riro i ’o’ipa faufa’a nō tōna ngutuā’are e nō te ngutuā’are mā’ohi ātonga.

 

J’ai alors vu là la place importante de toutes ces personnes qui œuvrent pour récupérer tous ces récits précieux pour nous, Polynésiens.

I kite maitaki tonga ai uou te faufa’a o te ’anga tangata ātonga e ’o’ipa na nō te ’akaumu ki te ’anga puke kau’ara faufa’a nō tātou.

Que conseillerais-tu aux étudiantes et étudiants pour leur recherche de stage ?

’Ea’a tā koe poro’i’anga ki te ’anga pīahi i roto ki tā rātou rangaranga’anga ?

 

Il n’y a pas de secret, il faut s’y prendre à l’avance.

’E’ere mē ’īpuni, ’ia ’akaineine noti ia koe nā mua.

 

Il faut également choisir un stage qui vous intéresse, autrement c’est une perte de temps.

Mē koi tonga ’ia e ’iri ki te ’aikete’anga tā koe noti i ’inangaro, ’eia’a ’ia pau ta’anga te taime.

 

Il faut donc préalablement se renseigner sur les organismes d’accueil et sur ce qu’ils peuvent vous proposer.

Mē tū ake ra ia koe e nokonoko maitaki ki te vā’i tā koe e ’ōpua ra nō tā koe tau ’akapakari’anga, ’e ’ia pāpū ’oki ia koe ē, ’ea’a tā rātou ’o’ipa e ’oka mai.

 

Au mieux, il faut connaître son projet professionnel, il permettra de choisir un stage de manière pertinente.

Mē maitaki tonga ake, ’ia pāpū tāna ’opua’anga ’o’ipa, ’ia mānea tū ā tāna ’irī’anga ki tāna tau ’aikete’anga.

Où en es-tu aujourd’hui ?  Quelle a été la suite de ton parcours après ce stage ?

Te ’ea tūra koe tō ma’ana nei ?  ’Ea’a tūra tī tupu i muri ake to ’akapakari’anga nei ?

 

À l’heure actuelle, je termine ma troisième année de licence et compte m’inscrire en Master LCSO.

Tō taime nei, e ’akaoti tū na uou te toru o te mata’iti o tāku ’aikete’anga ki te tuatoru, ’e e ’inangaro nā uou e tītau e naku ki te Master LCSO.

 

À mon avis, ce stage s’est inscrit dans la logique de mes études qui est celle d’une suite d’acquisition de connaissances sur la Polynésie.

Ki tōku manako, kā kotikoti’ia tō tau ’akapakari’anga nei i ’aka’ō’onu tū ā i tōku kite i runga te kau’ara nō Porinetia.  

 

Mes études m’ont données les bases théoriques et mon stage m’a permis de les mettre en pratique.

Kā ’oka mai tāku ’aikete’anga ki te tumu nō te kotikoti’anga, ’e tāku tau ’akapakari’anga te pae ïa nō te ’aka’o’ipa’anga.

Est-ce que ce stage t’a été utile dans la suite de tes études et dans la construction de ton projet professionnel ? Quel est-il ?

Kā riro ānei rā i muri āke, i mea faufa’a nō koe i roto ki tā koe ’aikete’anga ’e tā koe patu’anga ’o’ipa ? ’Ea’a tūra ?



À vrai dire, je me suis lancée sans trop savoir ce que ça allait m’apporter car mon projet professionnel était encore en cours de réflexion mais j’étais convaincue qu’il ne s’agirait que de choses constructives.

Ki te kōmua’anga, ki’ere tonga i ta’a maitaki iāku ’ea’a mau na te noāka mai, no te mea ti roto ta’anga noti uou te uiui’anga, te kimi’anga kī tāku ’o’ipa a muri ake. Terā rā, ka pāpū iāku ē, e patu’anga maitaki ra.

 

Je me suis alors simplement lancée le défi d’apprendre plus sur Punaauia que tout ce que j’avais déjà lu dans les livres et sur internet.

I ria tōku manako’anga ē, e kaupā, e tāmata ki te ’aikete i runga ia Punaauia, ’eia’a rā i kite nō runga mai te natirara, kāre rā nō roto te puta.

 

Ce fut chose promise, chose faite. En ce sens, mon stage m’a paru être la conclusion de toutes les recherches que j’avais précédemment faites sur Punaauia.

’Ōia noti, kā riro tō ’akapakari’anga nei i ’akapāpu ’ope roa ki te ’anga rangaranga o tāku i ’anga mai nei nō runga ia Punaauia.

 

Cela m’aide aujourd’hui en 3e année de licence en langues et cultures polynésiennes et m’aidera certainement pour la suite de mes études en Master de recherches en langues, cultures et sociétés en Océanie.

Kā riro ïa ki tō ma’ana nei i ’akaitoito iāku i roto ki te toru o te mata’iti o tāku ’aikete’anga i runga te kau’ara o te kō’ai e te tā’ere mā’ohi, e riro ’oki ānei rā i ’akaitoito ā nō te tau ’aikete’anga nō ’a muri ake, o tāku e tītau ra i roto te pae nō te rangaranga o te kō’ai, hīro’a tumu o te ’anga tōtaiete nō Oteania.

 

Lien : http://www.punaauia.pf/

 

Cette expérience de stage t'intéresse ? Viens te renseigner sur les stages, les ateliers et les formations au COSIP. Si toi aussi tu souhaites valoriser ton stage de licence ou master, contacte le COSIP : cosip@upf.pf

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.