• Accueil
  • >>
  • "RAMA RAMA" : Témoignages d'étudiants en stage : Albert HUGUES
Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

"RAMA RAMA" : Témoignages d'étudiants en stage : Albert HUGUES

Rama Rama

logo_rama_rama_site_web.jpg

Albert HUGUES - stage d’assistant traducteur

  • Etudiant en LLCER Langues Polynésiennes (2017-2018)
  • Stage obligatoire au Service de la Traduction et de l’Interprétariat (STI)
  • Du 04 juin 2018 au 06 juillet 2018 (4 semaines)
  • Premiers pas à l’UPF/parcours : Licence LLCER Langues Polynésiennes (2017-2018)

 

Interview bilingue français/mangarevien

albert_plan_de_travail_1_0.jpgComment as-tu eu l'idée de faire ton stage de licence au sein du STI et comment as-tu procédé pour y arriver ? 

Pē’ea koe me mākarara ai mō perā ’akatu’uraga mā roto ki te Tukutukuga ? Me pē’ea koe me kite ana ’āmearā a’oa’o mō te tu’uraga ? 



Je me suis intéressé au métier de traducteur-interprète en lisant un article sur le site Internet de TNTV. C’était au sujet de l’application REO en 2016 et pour laquelle ils sollicitaient des locuteurs volontaires pour traduire le dictionnaire français-tahitien en d’autres langues polynésiennes de la Polynésie française. A la lecture de cet article, j’ai voulu introduire ce milieu, dans le but de traduire des textes dans mes deux langues natales, le tahitien et le mangarévien. 



Pour ma part, j’ai passé mon enfance dans un cadre plurilingue, entouré de locuteurs français, chinois hakka et tahitiens. Et un peu plus tard, mangaréviens. Dans le contexte familial, la langue tahitienne est employée dans des conversations quotidiennes. Le vocabulaire est varié, mais parfois mélangé avec celui de la langue de Molière. Quant au reo magareva, c'est presque similaire. En effet, l’insularité de l’archipel des Gambier a pour conséquence une meilleure sauvegarde du parler ancien. En ce qui me concerne, j’ai pris mon bain linguistique mangarévien à Tahiti. Autrement dit, après avoir quitté ma grand-mère chinoise hakka à 2 ans, je me suis enrichi implicitement du reo tahiti et du reo magareva. Les cours m’ont permis ensuite d’améliorer grammaticalement et lexicalement ma pratique de ces deux langues. 



A Tahiti, le reo magareva est uniquement employé dans le contexte familial ou dans le quartier des habitants des Gambier. L’Université de la Polynésie française n’accorde point encore de place pour l’UE Enseignement du dialecte mangarévien, car cela est dû au nombre de candidats sollicités au concours et peut-être aussi dû à des raisons politiques. En ville, à l’école, le tahitien est majoritairement conversé. Entre camarades de classe, c’est soit le tahitien ou bien le français. C’est la raison pour laquelle, j’essaye en dernier mais non le moindre de valoriser au mieux le reo magareva au profit du tahitien, malgré l’incompréhension langagière. En effet, le dialecte mangarévien est globalement différent du tahitien. Du coup, entre amis ou en cours (avec les professeurs de reo tahiti) une minorité de vocables en reo magareva est seulement employée tels que "enā koe" pour "bonjour", "mārō’i" pour "merci » ou bien "ka no’o koe" pour "au revoir". C’est tout. C’est pourquoi, il est nécessaire de mettre en place, comme au collège et à l’école primaire à Magareva, un cours de reo magareva à l’université en LLCR-LP comme pour le hawaiien ou le marquisien. Par la suite, lors de ma prise de décision pour la réalisation du stage, il fut intéressant pour ma part, d’unifier l’ensemble de mes compétences langagières polynésiennes (mangarévien/français).



I tagite’ito vau me naku te tu’uraga mā roto ki te pāega o te ’uriraga takao i roto ki te Pū ïa, koi ku ’akatino te kaka i ruga ki te a’oa’o kīterenati o TNTV (’āmenei te ga’o kīterenati mō te kaka vaiātakao). Reka, koi ku vāia rātou ki te tikitionario uira mei reo ’arāni-reo te’iti poro’ia e REO ki te ’ano 2015 ’a tou’ara. Kua kōani’ia ki te utu pūvāraga reo mā’oi mō Pōrīnetia ’arāni mō te ’uri’ua ki te tokotokoraga kaka uira.



Mōku nei, ku ’akaea vau tōku koroio vai-oraraga-toromiki i te va’ega pū ki te rauraga o te utu reo mei te pūvāraga ’arāni, kinitō hakka me te’iti noti. Kō muri noa mai, ku pōike te reo magareva. Mā roto ki te ’aka’iriga, ka vāragaraga ’ua kia tātou te reo te’iti mei roto mei ki te ’ētokotokoraga. Ku rau te poga takao, koi reka, tei kōnane pākani te reira me te reo ’arāni poro’ia te reo a Molière. E ta’i ā ’uru  mō te reo magareva, me peipei ’ua. Reka, mei te ’uru ātea o te motumotumo’aga mō Magareva nei, me porotu roa ki te māpurega o te reo tumu. Mearā, i tōku mākararaga, pākanite’ito vau me rogo ki te reo magareva i Te’iti nei. Kō muri atu te kotiraga o te rīraga kia tāku koumatua ’a’ine kinitō hakka mei tōku ruaraga ’a ’ano, ’akaveregate’ito kiāku me te reo te’iti me te reo magareva. Mei te tukuga, ku ’akaporotu’ia ki te poga takao me te pāpāreo mō te reo te’iti me te reo magareva. 



I Ta’iti nui, kua vāraga noa te reo te’iti mā roto ki te pā ’aka’iriga koreārā i te poga pūnui magareva. Kakore te ’Are tukugarētera teitei i rire ’aka’ou ki te Tukutukuga o te rou reo magareva nā te mea, ku pī te paga mō te ’akatauraga. Penei reka, ko te tātokotokoraga poritika te tumu. I te pūnui, i te ’are tukugarētera, ka takao kia tātou mā roto kite reo te’iti. I te va’ega pū ki te utu ’oa tukuga, te takao te’iti koreārā te takao ’arāni e vāraga ana ïa. Nā te mea, ka ’āko vau me ’akamagaro ki te reo kāiga, kore te reo te’iti, ka karokaro’ua kiāna noa atu te mā’inatea-kore-raga. Reka, me kē roa te reo magareva ki te reo ta’iti. I te va’ega pū ki te utu ’oa tukuga koreārā mā roto ki te pakepakeraga (kia te utu tupua tukuga reo te’iti), ’aka’agate’ito ki te nīkokeraga o te pupu poga takao me vāragaraga noa ai pē te pupu takao o te rireraga « Enā koe-> Ko koe noti » koreārā « Mārō’i » koreārā « Ka no’o koe ».  Perā noa ïa. Nā te mea, tei magaro nūnui me tuku ki te tukuga reo magareva i te ’are tukugarētera tuatoru i te pā reo mā’oi LLCR-LP mē te ’are tukugarētera tuarua me ki roto ki te ’are tukugarētera mō Maputeoa. I muri noa mai, mei te tekaraga o te ’akatu’uraga, tei verega roa mōku me ’ātui ki te utu tiatiaoko matiro-reo mā’oi (i gā reo ka rua, te reo te’iti me te reo magareva). 

 

Avais-tu déjà une connaissance du milieu de la traduction avant ce stage ?

Reka pākanite’ito koe ’āmearā Pū ’aka’aga’aga ? 



Oui, nous avons déjà été initié au travail de la traduction au lycée et plus particulièrement lors des cours de Thèmes (Français-Reo tahiti) et de Version (Reo tahiti-Français) à l’université. J’ai été confronté aux différents types de textes depuis ma première année universitaire.

 

’Ē’ē, kitete’ito kia tātou ki te tukuga o te ’uriraga takao i te ’are tukugarētera tuarua me i te ’are tukugarētera tuatoru : ’uriraga takao reo ’arāni mei reo te’iti koreārā mā roto ki te reo ta’iti mei reo ’arāni. Ku kite au ki te utu ’īniraga ’uru rau.

 

Comment as-tu mené tes recherches de stage ? Uniquement sur internet ou via d'autres biais ? (SEFI, COSIP, autres étudiants, connaissances) 

E a’a mā koe ’aga mō te ketu ki te ’akatu’uga ? I ruga ki te a’oa’o kīterenati noa koreārā mā koe me ketuketu ai ki te ’aga kē ? 

(te SEFI-> Pū mō te Eiga ’Akatu’uga mētiē me te ’Eu’euraga ’aka’aga’aga, te COSIP-> Pū mō te Kaveraga ’Akatu’uga me te ’Eu’euraga Pāega mētiē, te ta’i atu tagata tukuga, koreārā ki te ’ū pākani’ia) ?



Oui, j’ai effectué ce stage par le biais des connaissances de mes anciens professeurs de lycée et de mes parents. 



’Ē’ē, ku turu tāku tupua tukuga tuarua me tāku mau mōtua kiāku mō te ketu mā roto ki te ’aka’agakore. 

 

Était-ce ton tout premier stage ? Et si non, peux-tu revenir sur tes précédentes expériences de stagiaire ? 

E tu’uga e’apo roa ’āmearā mō koe ? Nei, kakogā, e porotu ana koe me vāragaraga ’aka’ou ki te utu pāega tu’uraga ?



Oui c’était mon tout premier pas sur le marché du travail en tant que stagiaire. 



Takao tika, perā māku ’eu’euraga ’aka’aga i roto ki te mākete naku’aka’aga’aga.

 

Sais-tu si la structure dans laquelle tu as été en stage avait déjà reçu des stagiaires ?

Ku kite ana koe, ’akarirete’ito mā koe taiete koreārā ’āmenei Pū, ki te utu tagata tukuga mata pākani kore mō te ta’i ’akatu’uga ?

 

Oui, ils en ont reçu en tant que traducteurs et dans d’autres catégories professionnelles comme le secrétariat. 



’Okia noti e ’aka’aga ana rātou ki te ’uriraga takao me te tātāraga.

 

As-tu été bien intégré dès le départ ? (Avec combien de salariés/bénévoles as-tu été en contact durant ton stage ?) 

Tei porotu ki tā koe ’eu’euraga ’aka’aga’aga ? (E ’ia ’uo’onui koreārā e tagata me turu’ua kia koe i tūtaki ai koreārā me pōtiri ki te mākararaga mā roto ki te ’akatu’uga ara ?) 



Le S.T.I est composée de cinq salariés : le directeur qui dirige à la fois le Centre et à la fois le département Espagnol (textes provenant principalement de Rapa Nui), un salarié pour le département Anglais (Etats-Unis, Hawaii, Nouvelle-Zélande, Canada…) et pour finir deux autres salariés pour le département Tahitien (Polynésie française). A l’accueil, nous pouvons aussi retrouver un, voire deux secrétaires, qui s’occupent généralement de l’encaissement. 



’Ē’ē, tei porotu roa ake ki te ’eu’euraga ’aka’aga. Ka rima ’uo’onui i roto ki te Pū : te ’akao mō te reo pāniora (’īniraga mō Vai’ū) ka ta’i ’uo’onui mō te reo paratāne (Marite tokorau, Vai’ī, Ikanāmāui, Kanata me vai atu ā) me ka rua tagata ’uriraga takao mō te reo te’iti (Pōrīnetia ’arāni). Koi reka, i te pā ’akarireraga tagata, ka ta’i me ka rua tagata tātā ikō nī’ai. 

 

Que retiendras-tu de ce stage ? Qu'est-ce qui t’as été bénéfique ? 

E a’a ki te ’aga pokopoko ara mā koe i ’akamau ? E a’a ki te pāega ’itikē me ’akamagaro kia koe ? 



Les compétences liées à la traduction sont la base de l’étudiant bilingue, voire du polyglotte, en l’honneur de sa langue natale et envers son patrimoine. L’usage de nouveaux outils numériques de traduction et notamment de nouvelles méthodes m’ont été particulièrement bénéfiques.



Tei tiatiaoko koe mō « te Kite te tikaraga o te ’uriraga takao » mō te garamanava ki te verega o te reo me te ’oiga tumu. Koia noti, tei porotu’ua me ’aka’aga ai i ruga ki te utu ’agauira ’ou.

 

Peux-tu revenir sur un événement marquant pendant ton stage, une anecdote précise en positif et/ou en négatif, et comment tu as géré cela ? 

E porotu koe me garamanava ki te gara ’ina’ina mā roto ki te ’akatu’uraga, ka ’akamaukiki’a’ua ki te atoga porotu koreārā pē te ’aga piko ? Pē’ea koe me ve’eve’e perā pāega ? 



Durant mon stage, j’ai été amené à traduire personnellement un texte officialisé par l’Administration de la Polynésie française en reo magareva au sujet des essais nucléaires. Ce fut une grande occasion pour moi de rendre un texte français dans ma langue vernaculaire pour la première fois. Par la suite, le document fut imprimé et distribué à Mangareva. 



Mā roto ki te roaraga o te ’akatu’uraga, ku ’uri au anake ki te ’akatinoraga ’akamāmana’ia e te ’Akatariga aopū mō Pōrīnetia ’arāni mā roto ki te reo magareva. Te moki, te takao mō te ’āko’ākoga oa’i ’ātōmī ïa. Mei mata’eu’euga roa ’āmearā ’aka’aga’aga ’ia ’uri’ua ki te takao ’arāni mā roto ki te reo i’otupu. Mō muri mai, nūnumite’ito me rupete’ito te  kaka i te motumo’aga mō Magareva nei.

 

Qu'est-ce qui a été le plus difficile et comment l’as-tu dépassé ?

E a’a ki te ’apapaga teima’a roa ake mō koe, me pē’ea me ve’eve’e  ki te tūkiakia ara ?



En langue tahitienne, j’ai eu quelques difficultés pour traduire certaines expressions liées à la biologie anthologique. Par le biais des méthodes de traduction de mon tuteur et de quelques lexiques spécialisés, j’ai réussi à rendre le texte d’origine dans la langue d’arrivée.



Mō te ta’i ’uriraga kaka, tei tūkiakia roa vau, nā te mea, tei ’uru okooko roa mō te ’uri ki te utu io takao mō te matiro-manukāiga. Mārō’i nui te ’akao o te kou reo te’ito mō te ve’eve’e mari’e ki te ’apapaga.

 

Un souvenir particulier et précis qui te restera de cette expérience professionnelle ?

Ka ’akamākarara kiki’a koe ki te nānāraga porotu ara mā roto ki te ’akatu’uga ?



Oui, ma première entrée au CESC (Conseil, Économique, Social et Culturel) a été un événement particulièrement marquant. J’ai assisté à une traduction simultanée en tahitien/anglais/espagnol via le port de casque auditif. 

C’était un exposé sous forme de diaporama présenté par le directeur du Centre, au sujet de la structure du S.T.I et des fonctions de chacun. Comment traduire un texte ? Quelles sont les méthodes de la traduction ? En tahitien, comment les membres du STI conceptualisent des néologismes ? Des questions comme celles-ci ont été posées durant la présentation de l’organisme. Il y avait une dizaine de personnalités comme des membres du CESC, des journalistes et des éditeurs. Ce fut physiquement et intellectuellement un échange très enrichissant.



’Ē’ē, tei mata’ina’ina roa vau, tomo-e’apo-te’ito vau i roto ki te Pū C.E.S.C (’Are ’ātuiga Matiro te Tiaga ora rau o te Mauta’i) mō te matatirotiro me rōrogo ki te ’uriraga takao pogipogi mau mā roto ki te utu reo te’iti/paratāne/pāniora. Kōkomote’ito ki te pare ’akarōrogoraga kou’au. Ku naku te ’akao ki te gāganaraga ata ki te tino o te Pū me te utu ’aka’aga’aga tikita’i. Pē’ea me ’uri te takao o te kaka ? E a’a ki te utu ’aga mō te ’uriga takao ? Pē’ea te ’ū ’uriga takao me gara ki te utu poga takao ’ou ? Kirikiritite’ito tēnei uiraga ’akatere. Ka ta’i ’a rogouru tagata ’a tou’ara i kōani’ia pē te ’uo’onui a te C.E.S.C, te tagata tātā vaiātakao me te tagata nūnumiraga kaka. Tei tiatiaoko roa perā ’aka’aga’aga ’ina’ina.

 

Est-ce que ce stage t’a été utile dans la suite de tes études et dans la construction de ton projet professionnel ? Quel est-il ?

Ku ’okopātari ana ’āmearā ’akatu’uga kia koe  mā roto ki te tukutukuga me te pāega mētiē mō ’āpōpō ake ? Ka ve’eve’e’ua mai kiāna ?



Oui j’aimerais appliquer ce que j’ai appris en conceptualisant un dictionnaire contemporain en langue mangarévienne (français-mangarévien-anglais). Et donc promouvoir notamment la grammaire du reo magareva. J’aimerais fonder une chaîne radio ou télévisuelle pour un journal mangarévien. J’ai déjà créé un mini-journal quotidien sur la page Facebook suivante prénommée VAIATAKAO. L’objectif est de divulguer le plus possible la langue mangarévienne.



’Okia noti, ka tagi au me pōtiri ki tōku tiatiaokoraga me ’akatū ki te ta’i tikitionario ’ou mā roto ki te reo magareva (mei reo ’arāni-reo magareva-reo paratāne). Penei reka, ’aka’aga’ou noti ki te puke pāpāreo (poro’ia e garame) a te utu arimatanui matiroreo magareva. Ka tagi’ua me ’akatū ki te VAIATAKAO i ruga ki te ga’o rātio me te ’akagāganaraga ’āvata teata. Te rāgai : ka ’akapu’apu’a roa ki te reo tumu.

 

As-tu refait un stage depuis ? Quelle a été la suite de ton parcours après ce stage ?

Ku ketu ānei koe ki te ta’i vā’i ’urukē mō te ’akatu’uraga ? E a’a ki te rīraga ’ou mā koe ka ’aka’aga ai kō muri ki te ’akatu’uga ?



Oui, par la suite, j’ai fait un stage d’enseignement en reo magareva dans l’établissement primaire MAPUTEOA et au collège du C.E.D à Rikitea durant la période de vacances universitaires d’octobre 2018. A la suite de ce parcours, je continue mes études en langues polynésiennes à l’Université de Polynésie française et j’alimente soigneusement mon travail de recherche sur les vocables mangaréviens.

 

’Ē’ē, kō muri noa mai, nakute’ito ki te tu’uraga mā roto ki te pakepakeraga mei reo magareva (tukuga tuata’i/ tukuga tuarua) (mā roto ki te petimana ’akaeaearaga mō ’Īragama ki te ’ano 2018 ’a tou’ara). ’Ārānei, e tuku ana vau i roto ki te kou reo mā’oi me e ’akapī mari’e ki tāku tikitionario ’ou e te utu poga takao .

 

Puisque tu es maintenant à la fois salarié et étudiant, peux-tu nous expliquer comment tu as pris cette décision de mener les deux de front, et comment tu comptes t’organiser pour mener ce double projet à bien ?

’A konoga ara, nei e tagata tukuga pātari’ia koe me e tuku ana koe ki te ’are tukugarētera tuatoru, e porotu koe me vāraga ē, pē’ea ka teka koe i gā pāega ka rua, pē pē’ea ki te ’aga gaki mā koe me tao’i ai mō te tau tae roa ki te rāgai ?



À mon sens, le projet coïncide avec mes études en langues polynésiennes. Tout est complémentaire. Les cours de linguistique (polynésienne et générale) et d’autres disciplines me permettent d’alimenter constamment mon lexique mangarévien. J’ai à la fois le temps de travailler chaque U.E de mon cursus tout en concevant mon projet. 



I tōku mākararaga, tei rī mari’e te tekaraga me te tukuga tuatoru i roto ki te rou reo mā’oi. Mā te tukuga matiroreo (reo mā’oi me te utu reo kourua) pē te ta’i utu tukuga me ’akamagaro pākani tāku tokotokoraga poga takao. E porotu vau me ’aka’aga ai ki te utu tukuga tikita’i me te tikitionario. Porotute’ito. 

 

Que conseillerais-tu aux étudiant·es pour leur recherche de stage ?

E a’a tā koe kererere ’akaopega mō te utu tagata tukuga ’ou mō tā rātou ’oriraga ’akatu’uga ?



Ne perdez pas de temps, les jours passent horriblement vite. Ce n’est pas évident de trouver un lieu de stage qui souhaite convenablement vous accueillir. Si vous n’avez aucune idée du lieu de stage, allez près des centres d’orientation. Sélectionnez ce qui vous plaît. N’oubliez pas le(s) lien(s) entre le stage et votre filière. Bon courage !



Kore te tikaga kia kōtou me ’akavarevare. Ku vikiviki roa te rā. Kore me ’aka’agakore me kite te ta’i vā’i tu’uraga me rire mari’e kia kōtou. Nei, kore mākararaga tō kōtou, ka ’akapeipei’ua enā kaokao o te utu pū kaveraga ’akatu’uga. Ka ’akapukaoke ki tā kōtou ’aga ’aka’ere’ere’ua. Kore te tikaga kia kōtou me garo ki te ’ā’au i te va’ega pū ki te ’akatu’uraga me te kou tukuga tuatoru. ’Ia ’aka’aretoa kōtou !

 

Site web du STI : Cliquez ici

Télécharge l’application REO sur Google play ou sur Apple Store

 

A’oa’o kīterenati mō te STI 

Ka ’epu’epu mai ki te tikitionario uira REO i ruga ki te pāpā kīterenati Google play koreārā i ruga ki te Apple Store



Page facebook VAIATAKAO, journal en reo Magareva/ Français sur des sujets locaux et internationaux : Cliquez ici



Kaka kīterenati facebook ko VAIATAKAO, ’uri’ia mā roto ki te reo Magareva/ reo ’Arāni i ruga ki te utu moki ikō nī’ai koreārā nā te  ara

 

Cette expérience de stage t'intéresse ? Viens te renseigner sur les stages, les ateliers et les formations au COSIP. Si toi aussi tu souhaites valoriser ton stage de licence ou master, contacte le COSIP : cosip@upf.pf

 

Tei porotu ana tēnei ’akatu’uraga mō koe ? Ka ’akamā’inatea kia koe i ruga ki te utu ’akatu’uraga, te utu ’aka’aga’aga me te utu ’ākoga pāega mētiē i te Pū mō te COSIP. Nei, ka tagi koe me ’akaverega ki tā koe ’akatu’uraga koreārā te ’akatai’uga kaimatiro nui tuatoru, ka poro mai ki te COSIP : cosip@upf.pf

 

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.