• Accueil
  • >>
  • Vidéo de la soutenance de thèse de Simon Van Wynsberge
Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

Vidéo de la soutenance de thèse de Simon Van Wynsberge

VidéosActualitésRecherche
Date de l'événement : Mardi, 22 mars, 2016 - 14:00
Lieu : Salle de visioconférence de l’ESPE - Université de la Polynésie française
thèse de Simon Van Wynsbergé

Visionnez la soutenance de thèse de Simon Van Wynsberge sur le thème « Approche comparée, intégrée et spatialisée pour la gestion d’une ressource emblématique exploitée en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie : le cas du bénitier (Tridacna maxima)

  • Département : Sciences
  • Domaine : Biologie des Populations et Ecologie

Résumé

Le bénitier (Tridacna maxima) est une ressource emblématique qui peut être trouvée du Pacifique Central jusqu’en Mer Rouge. Son abondance et son exploitation peuvent toutefois varier de plusieurs ordres de grandeur selon la pression historique de pêche et les spécificités locales de l’environnement naturel. Dans cette diversité de contextes, comprendre le fonctionnement des populations pour établir des recommandations de gestion raisonnées est un enjeu aussi bien écologique qu’économique. Le travail de thèse consiste à caractériser et comparer le fonctionnement des populations de T. maxima au niveau de trois systèmes récifaux contrastés : l’atoll de Tatakoto (Archipel des Tuamotu, Polynésie française), l’île haute de Tubuai (Australes, PF), et la partie Sud-Ouest du Pacifique regroupant la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu.

Dans la région de la Nouvelle-Calédonie et du Vanuatu, la diversité d’états de fragmentation des récifs (i.e., récifs continus versus isolés) contraint l’analyse vers une approche de type méta-populationnelle. La validation d’un modèle de diffusion allélique couplé à un modèle bio-physique et des cartes de distribution de la ressource par des données génétiques a permis de mettre en évidence une influence forte de l’état de fragmentation des habitats et de la taille des populations sur leur connectivité. Ces résultats suggèrent que la distribution spatiale de la ressource pourrait servir de premier proxy à la connectivité des populations lorsqu’une modélisation précise des courants océaniques et lagonaires n’est pas disponible.

En Polynésie française, où T. maxima fait l’objet d’une exploitation intensive, un modèle halieutique a été développé afin d’évaluer dans quelle mesure les traits de vie (croissance, mortalité, et reproduction) à l’échelle de l’individu ainsi que la pêche orientent la dynamique à l’échelle populationnelle (e.g. densités, structures de tailles). La comparaison des résultats relatifs à Tatakoto et à Tubuai suggèrent un rôle intégrateur du type de récif (atoll versus île) dans la dynamique des populations, qui influence également l’efficacité des mesures de gestion.

Biographie

Après une licence en biologie des populations à l’Université des Sciences et Technologies de Lille, Simon Van Wynsberge poursuit ses études en master Océanographie et Environnements Marins à l’Université Pierre et Marie Curie.

D’abord impliqué dans divers projets d’écologie marine aux Laboratoires ECOMAR (Université de la Réunion) et l’Unité de Recherche CoReUs (IRD de Nouméa), il débute sa thèse en Novembre 2012 sur la dynamique des populations de bénitiers, sous la codirection de l’UPF et l’IRD et en étroite collaboration avec la DRMM, la SPC, et l’IFREMER.

Soutenance de thèse de Simon Van Wynsberge
PLUS D'INFOS
Logo ED Pacifique UPF

L’école doctorale du Pacifique

L’école doctorale du Pacifique (ED469) est commune à l’UPF et à l’université de la Nouvelle-Calédonie. Pluridisciplinaire, elle réunit un ensemble de compétences autour des thématiques propres aux milieux insulaires du Pacifique.

Lire la suite

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.