Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

Un peu d’histoire

Soumis par communication le mar, 25/08/2015 - 15:33  International
  •   Création de l’Institut Confucius de l’UPF
  •   Objectifs de la création d'un Institut Confucius à l'UPF
  •   Focus – Vous avez dit Confucius ?

Signature Institut ConfuciusL’UPF entretient depuis 2008 un programme d’échange universitaire avec l’institut de la diplomatie de Chine, plus communément appelé China’s Foreign Affairs University (CFAU), Waijiāo Xueyuan en pinyin ou 外交学院.

 

Le 15 janvier 2013, le président Eric Conte et Mme Xu Lin, directrice générale du Hanban – le siège des Instituts Confucius à Pékin - ont signé un accord pour établir sur le campus d’Outumaoro un centre d’enseignement de la langue chinoise. Assistait à la cérémonie officielle M. Zhao Jinjun, ancien ambassadeur de Chine en France et président de l’Institut de la diplomatie de Chine.

 

Il a été prévu des formations diplômantes (préparation à la certification HSK) et également l’ouverture des enseignements de langue et de culture au grand public, y compris pour un usage professionnel.
Intégrés dans le milieu universitaire, les Instituts Confucius se doivent également de promouvoir les échanges culturels avec le pays d’accueil en organisant des événements (conférences, expositions thématiques, colloques, animations festives et artistiques, etc...). C’est un second volet non négligeable de leur mission.

 

L’Institut Confucius de l’UPF a donc pour vocation d’être une plate-forme d’excellence et de jeter des passerelles entre les cultures polynésienne, française et chinoise, un atout indispensable au XXIe siècle pour les jeunes du fenua. 


Tous les Instituts Confucius adossés à une université fonctionnent dans le quotidien comme des vecteurs de négociations culturelles, faites de patiente communication, d'accommodements et de compromis dans les habitudes mentales des uns et des autres, mais faites aussi d'ambitions partagées, dont le désir réciproque de parler à terme non pas la même langue mais le même langage, afin de trouver des passerelles pour des échanges généralisés en tout domaine.

 

Le grand défi que doivent en dernière analyse relever les parties aux accords Institut Confucius est de nature, osons dire le mot, humaniste.

 

Rappelons-nous la célèbre phrase contenue dans Les Entretiens de Confucius :

«  Par leur nature les hommes sont proches. C'est par la pratique qu'ils divergent "

Dans un contexte de culture mondialisée, l'objectif est en outre de réintroduire dans nos sociétés des éléments de diversité et d'offrir aux étudiants des opportunités pour s'ouvrir à la plus large expérience internationale possible.

Démarche

Dans l'ordre juridique et administratif, le schéma de partenariat s'est montré pragmatique. Une fois les conditions réunies pour accueillir des enseignants de mandarin sur le campus de l'université étrangère qui a sollicité un accord avec le Hanban - siège des Instituts Confucius à Pékin -, un partenariat triangulaire a alors été mis en oeuvre.

  • L'administration chinoise s'est engagée à financer les cours proposés et les projets culturels soumis par le conseil d'administration paritaire et fournir toutes les ressources pédagogiques nécessaires (livres, supports multimédias).
  • L'université d'accueil UPF a pour sa part accepté d'héberger le centre d'enseignement et de mettre à disposition la logistique administrative et matérielle.
  • L'université chinoise partenaire (pour l'UPF, il s'agit de l'Institut de Diplomatie de Chine à Pékin ou China Foreign Affairs University) a proposé, de son côté, des enseignants permanents et des répétiteurs de langue, ainsi que ses propres administrateurs appelés à conduire avec l'université étrangère la politique de leur Institut commun.

Fonctionnement

L'étroite imbrication et implication des animateurs des Instituts Confucius est également illustrée  par le principe de leur double direction – chinoise et étrangère. Certes, les rapports professionnels entre le personnel local et les enseignants expatriés et la division des tâches (relations avec le public extra-universitaire, suivi des procédures budgétaires, organisation d'événements culturels) seront toujours différents d'un endroit à l'autre, mais la division des tâches reste guidée par un souci d'équilibre et d'efficacité. Sans quoi les accords deviendraient vite caduques.

Réussite

C'est donc à tous les niveaux que chacun doit rendre compte de la bonne gestion et de la réussite d'un centre d'enseignement doublé d'un espace à vocation de diffusion culturelle. On comprend ainsi la nécessité pour les trois partenaires de vérifier que leurs visées sont parfaitement identiques et que les moyens utilisés font bien l'objet d'un consensus. Les cultures universitaires et administratives sont-elles identiques ? La réponse est invariablement : jamais.

Certes, la tradition de la sinologie dans un pays d'accueil peut aplanir bien des motifs d'incompréhension, mais que cela soit le cas ou non, les uns et les autres devront toujours faire la moitié du chemin pour éviter de retomber dans la figure de la double et inconciliable altérité. Dans ces transactions culturelles permanentes, la francophonie peut d'ailleurs constituer une voie médiane. En janvier 2103, lors de la signature de l' accord tripartite à Pékin, Mme Xu Lin, directrice générale du Hanban, le professeur Eric Conte, président de l'UPF, et l'Ambassadeur M. Zhao Jinjun, président de l'Institut de Diplomatie de Chine, partageaient et partagent toujours cette vision d'une coopération universitaire et culturelle conduite dans un esprit de réciprocité confiante et amicale.

Confucius, né le 28 septembre 551 av. J.-C. à Zou et mort le 11 mai 479 av. J.-C. à Qufu (province actuelle du Shandong), est le personnage historique ayant le plus marqué la civilisation chinoise. Il est généralement appelé Kǒng Fūzǐ  par les Chinois, ce qui signifie « Maître Kong », et qui a été latinisé en Confucius par les Jésuites. Considéré comme le premier « éducateur » de la Chine, son enseignement a donné naissance au confucianisme, une doctrine politique et sociale adoptée dès la dynastie Han et qui ne fut officiellement bannie qu'au début du XXe siècle. Considéré comme un des plus grands penseurs de l’antiquité, sa philosophie tisse un réseau de valeurs dont le but est l’harmonie des relations humaines.

Plus d'infos

Pour plus d’infos sur le personnage historique qu’est Confucius : http://fr.wikipedia.org/wiki/Confucius


 

 

         
 

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.