Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

Le Grand Observatoire de l’environnement et de la biodiversité du Pacifique Sud (GOPS)

Soumis par communication le jeu, 03/12/2015 - 12:00  Réseaux et collaborations de recherche , Recherche

Face aux enjeux climatiques globaux, il était tout à fait légitime et judicieux d’envisager la création d’un consortium dédié à l’observation et au suivi à long terme de l’environnement, des écosystèmes et de la biodiversité, affectés par les changements climatiques et l’impact des activités anthropiques dans le Pacifique Sud. Créé en 2010, le GOPS est un GIS qui réunit 11 institutions. Entre 2010 et 2014, il a financé pas moins de 32 projets. 

Objectifs

La finalité de cette collaboration est de créer un système fédérateur d’observation et d’expérimentation au service de la recherche, de la formation, de la valorisation et de l’expertise. Cet observatoire est basé sur l’observation et le suivi à long terme des écosystèmes et de la biodiversité, affectés par les changements environnementaux planétaires et les pressions anthropiques régionales et locales. La mise en place d’un tel observatoire scientifique conforte la position française dans une région qui constitue l’un des plus grands réservoirs de la biodiversité de la planète.

Missions

Les missions principales du GOPS sont : 

  • la recherche, en facilitant l’activité des équipes de la région autour de programmes de recherche communs, en favorisant la réponse conjointe aux appels d’offre et en se concertant sur les profils à recruter et les équipements à acquérir ;
  • l’observation pour la recherche en environnement, en coordonnant des systèmes et réseaux locaux d’observation, des plateformes et des stations marines de la région ;
  • le soutien et le conseil pour la mise en œuvre et le suivi des réseaux de surveillance de l’environnement et de veille. Le GOPS permettra d’éclairer les décisions de conservation et de restauration des sites écologiques et de valoriser le patrimoine régional dans les domaines des substances naturelles et des ressources génétiques ;
  • la formation, en contribuant à mettre en place des masters régionaux sous tutelles conjointes des universités partenaires. L’objectif est d’atteindre un niveau de visibilité et d’attractivité à l’échelle du Pacifique Sud.

Partenaires

Le GOPS est un GIS qui réunit onze institutions :

Cet observatoire a vocation à s’ouvrir à la coopération régionale, notamment avec les universités telles que l’USP (University of the South Pacific) et celle de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

 

  • l’Institut de la Recherche pour le Développement (IRD),
  • l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer (IFREMER),
  • l'Institut Louis Malardé (ILM),
  • l'institut Agronomique néo-Calédonien (IAC),
  • l'Université de Nouvelle-Calédonie (UNC),
  • l’Université de la Polynésie française (UPF),
  • l'Université Pierre et MArie Curie (Paris 6) - (UPMC)
  • l'Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP)
  • le Centre national de la recherche scientifique (CNRS),
  • l'Université Paul Sabatier (Toulouse) - (UPS),
  • le Museum National d'Histoire Naturelle (MNHN).

Plus d’infos

Site internet : www.observatoire-gops.org/fr 
 

PLUS D'INFOS

Stratégie GOPS

La nouvelle stratégie du GOPS consiste à regrouper les partenaires selon deux axes fédérateurs afin de mieux tirer parti de l’excellence et de la complémentarité des partenaires...

Lire la suite
PLUS D'INFOS
Une recherche en réseau

Une ouverture à la recherche internationale via des réseaux d’excellence

L'UPF participe à plusieurs projets d’envergure (Labex Corail, GOPS, Piurn) au sein desquels elle joue un rôle actif...

Lire la suite

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.