Version imprimableEnvoyer par mailPDF version

Des thématiques privilégiées, d’envergure internationale

Soumis par communication le jeu, 03/12/2015 - 10:44  Recherche

L’objectif de l’UPF est, comme pour toute université, de produire la meilleure recherche possible. Cependant, il est évident que, dans bien des domaines, elle ne peut rivaliser avec les grandes institutions disposant de moyens humains et matériels sans commune mesure avec les siens.

Il est pourtant des thématiques sur lesquelles la situation géographique au cœur du Pacifique est un atout pour apporter une réelle contribution à la connaissance scientifique au plus haut niveau, d’autant qu’elle rend l'UPF attractive pour des collaborations avec les meilleures institutions métropolitaines et étrangères.

  •   Les écosystèmes insulaires
  •   Les Sociétés Polynésiennes
  •   L'observation géophysique

Il s’agit, tout d’abord, des écosystèmes insulaires dont la connaissance intéresse la communauté scientifique mondiale dans le contexte de menaces sur la biodiversité et de changement climatique.

En effet, l’environnement naturel très spécifique de la Polynésie française fédère les chercheurs autour d’une première thématique évidente. Avec ses 4 200 km² de terres émergées, sous forme d’îles hautes et d’atolls (118 au total), réparties sur un espace océanique à peu près grand comme l’Europe, cinq millions de km², la Polynésie française puise ses ressources principalement dans ses lagons et dans l’océan.

Les écosystèmes lagonaires représentent un véritable trésor de biodiversité.

Un seul hectare de récif corallien dans le Pacifique renferme plus de biodiversité que toute la France métropolitaine.

Sur l’ensemble des atolls que compte la planète, 20 % se trouvent en Polynésie française. Leur morphologie présente une grande diversité, et la biodiversité propre à chacun d’eux varie selon la région. Il faut également prendre en compte la biodiversité végétale terrestre résultant d’un climat tropical qui confère aux îles hautes une végétation présentant dans certains archipels un fort taux d’endémisme.


L’étude des sociétés polynésiennes, leur passé pré-européen comme leurs sociétés traditionnelles (mythologie, organisation socio-politique, langues, etc.) sont une contribution indispensable, non seulement à la compréhension du passé de tous les habitants du Pacifique, mais aussi à des débats anthropologiques généraux (processus de migration sur le plus vaste océan du monde, adaptations et impacts humains sur des écosystèmes insulaires fragiles, dynamiques socio-politiques des sociétés pré-étatiques, etc.).

 

Dans tous ces domaines, les chercheurs de l’UPF en sciences humaines et en archéologie sont reconnus et peuvent, grâce aux collaborations qu’ils ont nouées, apporter des éléments nouveaux et importants à la connaissance. 


La Polynésie française : une implantation géographique éminemment stratégique "

Le troisième domaine dans lequel la situation géographique de l'UPF est un atout, est celui de l’observation géophysique. Tahiti est un site de référence géodésique fondamental pour la poursuite des satellites grâce à l’Observatoire Géodésique de Tahiti, l’OGT, (structure fédérative tripartite, UPF, CNES et NASA). De plus, de par sa position géographique et sa situation géomorphique, la PF est particulièrement exposée aux risques naturels (cyclones, sécheresses, précipitations, tsunamis, houle…). La recherche sur le climat se joue bien évidemment à l’échelle internationale et est portée par les équipes les plus prestigieuses au niveau mondial. Mais, une expertise locale peut contribuer de façon significative à l’étude et à la modélisation des effets locaux du changement climatique et de ces phénomènes extrêmes de grande échelle.


 

Prochainement, abonnez-vous à la lettre d'information de l'UPF.