NĀHITI, notre candidature au Plan d'Innovation Outre-mer

Actualités ,

Nāhiti est porté par l’Université de la Polynésie française (UPF) comme chef de file du consortium RESIPOL+, réunissant sur le territoire polynésien des partenaires universitaires, des organismes de recherche et d’innovation, des instances du Pays et de l’État, des acteurs socio-économiques au cœur des dynamiques de partenariat public-privé. Il a été présélectionné lors de la Phase AMI du Plan Innovation Outre-Mer.

 

Nāhiti en 3 faits :

  • Le projet a été déposé le 30 septembre 2022
  • L'annonce des lauréats devrait avoir lieu fin février 2023
  • Budget (2023 – 2026) : 1,5 Millions d'euros soit 181 Millions XPF
    dont 1,1 Millions d'euros soit 127 Millions XPF de demande de subvention France 2030

 

 

Nāhiti est un projet fortement partenarial : bien que l’UPF soit l’interlocuteur unique mandaté par l’ensemble des partenaires, Nāhiti a été conçu en intelligence collective avec tous les membres du consortium, dont les collectivités territoriales, qui seront pleinement impliquées dans son déploiement. En particulier, l’articulation organique mise en place avec la stratégie de l’innovation 2030 de la Polynésie française implique une inscription directe du projet dans la mise en œuvre de la stratégie de l’innovation 2030 du pays.

 

Nāhiti vise à structurer l’écosystème d’innovation sur le territoire polynésien, à travers deux volets principaux :

  • Sensibilisation et formation à l’innovation,
  • Soutien à l’émergence et au développement de projets innovants et de start-up.

 

Cette démarche de formation et d’accompagnement aux projets innovants sera conduite selon un double périmètre :

  • un périmètre large, via une ouverture du dispositif à l’ensemble des usagers du territoire polynésien : étudiants et élèves, doctorants, porteurs de projets, entrepreneurs, public FTLV notamment ;
  • un périmètre resserré, via un accompagnement intensif, le Programme POLYNNOV, proposé à une cohorte d’une dizaine de porteurs de projets sélectionnés pour leur potentiel, avec renouvellement périodique tous les deux ans. La première cohorte de bénéficiaires de cet accompagnement intensif a d’ores et déjà été identifiée au terme d’un processus d’Appel à Manifestation d’Intérêt évalué par un Jury d’experts reconnus nationalement.

  En savoir plus sur le programme Polynnov

 

 

 

À travers cette démarche de formation, sensibilisation et accompagnement à l’innovation, Nāhiti exercera un impact mesurable sur le développement du territoire polynésien : en soutenant la réalisation de projets innovants, mais aussi en agissant en profondeur sur les conditions même de leur émergence via la création et/ou le renforcement des boucles d’interaction au sein d’un écosystème qui, à l’image du territoire polynésien, est aujourd’hui à la fois très riche et très fragmenté. Les moyens mis en œuvre exerceront en ce sens un effet-levier, permettant un passage à l’échelle et la mise en place d’une matrice facilitant et incitant l’émergence de projets innovants puis permettant l’accompagnement expert de leur développement sur le long terme.

Nāhiti est un projet essentiellement collégial, porté par les membres fondateurs du Consortium RESIPOL, ici élargi à ses partenaires associatifs et socio-économiques (RESIPOL+). Le Consortium a été créé en janvier 2019, dans un cadre national visant la mise en 22 place d’une organisation territoriale coordonnée autour d’un projet partagé défini d’un commun accord par les établissements de l’État et du Pays et l’Université de Californie-Berkeley, afin de soutenir le développement de la Polynésie française par la connaissance, la formation et l’innovation. Nāhiti est conçu comme une action véritablement emblématique de cette ambition : conduire une démarche structurante et multi-acteurs de coordination de l’innovation en lien avec la recherche et la formation, afin de favoriser de façon pérenne le développement du territoire polynésien.

 

 

 

Le consortium RESIPOL+ constitué autour de Nāhiti fédère ainsi un ensemble exceptionnel de partenaires académiques, territoriaux, associatifs et socio-économiques, unis par une même vision de l’innovation au service du développement du territoire :

 

l’UPF (personnalité morale de RESIPOL, chef de file), institution pivot de la recherche, de la formation et de la diffusion du savoir sur le territoire polynésien ;

 

● les collectivités territoriales qui coopèrent pour la meilleure réalisation du Projet :

○ le Gouvernement de la Polynésie française, représenté par la Délégation à la Recherche (Ministère en charge de la recherche) qui assure l’interface avec les autres Ministères, directions et services impliqués dans le projet ;

○ le Haut-Commissariat de la République en Polynésie française, représenté par la Délégation Territoriale à la Recherche et à la Technologie ;

 

le CNRS, présent en Polynésie française dans :

la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique (USR 2003), qui permet de structurer et de renforcer les SHS en Polynésie française dans une dynamique d'hôtel à projets ;

l’USR CRIOBE (USR 3278), l’un des plus éminents laboratoires français pour l’étude des écosystèmes coralliens, et qui permet en outre d’inscrire le projet dans une collaboration avec l’EPHE-PSL ;

 

l’Ifremer, à travers le Centre Océanologique du Pacifique qui développe des recherches en appui au développement durable des filières marines en Polynésie française, et qui contribue à l’UMR 241 Écosystèmes Insulaires Océaniens (EIO) ;

 

l’Institut Louis Malardé, partie intégrante de l’UMR 241 EIO, organisme de recherche spécialisé dans les domaines de la santé, de l’environnement, de l’hygiène et de l’alimentation, qui joue un rôle capital sur le territoire en matière notamment de veille et de prévention des risques sanitaires ;

 

l’IRD, dont les recherches en Polynésie se focalisent sur la vulnérabilité des écosystèmes insulaires exploités en réponse aux pressions anthropiques et au changement global. L’IRD est également partie prenante de l’UMR 241 EIO ;

 

l’Université de Californie-Berkeley, à travers la Station Gump située à Moorea, qui apporte un soutien opérationnel, technologique et informationnel aux programmes de recherche au sein de l’écosystème unique de Moorea.

 

la Chambre de Commerce, d'Industrie, des Services et des Métiers (CCISM), qui accompagne les projets innovants polynésiens par un suivi personnalisé et expert ;

 

● La French Tech Polynésie, convergence des forces d’innovation de Polynésie française, qui impulse à l’échelle régionale et mondiale la dynamique Tech4Islands ;

 

● le Cluster Maritime de Polynésie française, qui réunit des acteurs privés issus de l’ensemble des secteurs de l’économie maritime autour du développement d’une Économie Bleue durable sur la plus grande ZEE française ;

 

 


 

Le déploiement du dispositif sera opéré en lien étroit avec les Services de soutien à l’innovation/valorisation des institutions partenaires, et notamment avec :

 

● le CNRS, qui proposera des expertises avancées sur les questions de Propriété intellectuelle (protection, portefeuille de brevets, exploitation) ;

 

● l’IRD à travers un référent au sein du Groupe projet opérationnel qui pourra au besoin solliciter le Département Mobilisation de la recherche et Innovation (DMOB) et notamment son service innovation et valorisation. L’IRD facilitera également des échanges d’expériences entre le projet Nāhiti et le Projet Renforcement des écosystèmes de Recherche et Innovation face aux enjeux climatiques dans le Pacifique (RERIPA) (EuropAid), qui vise à consolider les écosystèmes R&I dans la région Pacifique, avec un focus sur les enjeux climatiques ;

 

● la Direction du partenariat et du transfert pour l’innovation de l’Ifremer, qui proposera notamment son expertise au travers de Tickets d’Innovation.

 

 


 

Par-delà les partenaires au sens strict, plusieurs structures et organisations ont manifesté leur volonté de coopérer au déploiement de Nāhiti, notamment le Ministère de l’éducation, de l’administration en charge du numérique de la Polynésie française via la Direction de l’éducation et des enseignements (DGEE). Les autres soutiens au projet sont notamment :

 

ADECAL Technopole, Pôle d’innovation de Nouvelle-Calédonie ;

● l’Agence française de développement (AFD) ;

● l’AUF Asie-Pacifique, au travers de sa représentation en Asie-Pacifique ;

● le Business Innovation Center (BIC) de Montpellier, incubateur d’entreprises innovantes de Montpellier Méditerranée Métropole ;

Brigad : Entreprise à mission leader du future of work en France ;

● le Campus des métiers et des qualifications (CMQ) “Tradition de l’accueil et du partage en Polynésie française” ;

● les Directions sectorielles du Gouvernement de la Polynésie française (Direction des Ressources Marines, Direction de l’Agriculture), qui proposeront notamment une ouverture de leurs équipements scientifiques ;

● lÉcole Pratique des Hautes Études (EPHE-PSL) ;

● lINPI ;

Invest in Pacific ;

● le MEDEF Polynésie française ;

le MESR, à travers l’appui du conseiller de la directrice générale DGESIP - Coordonnateur national Plan Esprit d'Entreprendre et des services concernés pour la labellisation PEPITE, qui appuiera la démarche d’acquisition du label ;

Pôles PEPITE Centre-Val-de-Loire, Languedoc-Roussillon, Nouvelle-Calédonie ;

Linkinnov ;

Overseas Countries and Territories Association (OCTA) ;

● la SATT AxLR ;

● le Service de l’Emploi de la Formation et de l’Insertion professionnelles en Polynésie française (SEFI) ;

● les organismes financeurs du territoire (Sofidep, Banque de Polynésie, Banque de Tahiti, Socredo) ;

l’Université de Montpellier : Direction de l’Innovation et des Partenariat et I-SITE MUSE, à travers une collaboration formalisée par un accord-cadre. L’IAE de Montpellier prendra part au déploiement des activités de formation.

Retrouvez dans la note descriptive les points suivants :

 

- Synthèse du projet

- Note stratégique

- Présentation du projet

- Évaluation du projet

- Gouvernance et pilotage

- Planification générale

- Eléments financiers prévisionnels du projet

 

Télécharger la note descriptive (bientôt)

Nāhiti mettra en place deux Volets d’intervention :

 

●    Sensibilisation et formation à l’innovation


●    Soutien à l’émergence et au développement de projets innovants et de start-up

 

Ces deux volets sont répartis en 9 actions distribuées de la façon suivante :

 

 

 

 

Télécharger le cahier des fiches-actions (bientôt)